Accueil

 rando2018

 

 
 44x18
 
Journal 44x18
 

 
Section VTT

Rappel : Les rassemblements au local avant départ, des mercredis, samedi et dimanche sont suspendus jusqu'à nouvel ordre.

Vous avez toujours la possibilité d'emprunter librement les parcours proposés sur le 44x18 et tous les circuits sont désormais disponibles sur le site du CTH85 pour ceux qui veulent télécharger la trace GPS.

Ils sont classés par kilométrage du plus petit au plus grand. Vous pouvez aussi voir le dénivelé.

Bonnes routes.

 

Notre nouveau local est prêt depuis plusieurs semaines. Les équipes techniques de la ville des Herbiers ont terminé le chantier, mais avec la crise sanitaire et les mesures de confinement, il n'était pas possible de déménager.

En ce lundi 11 mai, date du déconfinement, les préparatifs peuvent enfin débuter et Gaby, Christian G. et son frère Dominique, vont inspecter les lieux et tracer les grandes lignes de ce qu'il y aura à faire en ce vendredi 15 mai 2020, date fixée pour le déménagement.

La veille, nos amis du VCH avait commencé à prendre possession des lieux. Mercredi, il faut déposer les tableaux accrochés aux murs et les affiches. C'est Gaby qui s'y colle. Jeudi, Dominique et Christian G. vont vider les meubles, les étagères et mettre en cartons ce qu'ils contiennent.

Vendredi, jour du déménagement,  il faut limiter le nombre des intervenants pour respecter les mesures de déconfinement. Il est convenu que 2 équipes de 5, une du matin et l'autre de l'après-midi vont se relayer pour déménager les affaires du CTH avec le fourgon de François et la remorque de Gaby.

C'est ainsi que l’équipe du matin est constituée avec Jean René, Claude Soyer, François, Christian G. et Christian M. l’équipe de l’après-midi avec Patrice Remigereau, Michel Martineau, Dominique Girardeau et Sébastien Coutand.

Une météo radieuse est au rendez vous en ce vendredi matin et nos 2 équipes de gaillards masqués, aidées du président, vont travailler jusqu'à midi puis jusqu'au soir. Les gestes barrières sont respectés et du gel hydroalcoolique est disponible sur place pour se désinfecter régulièrement les mains. 

Tout s’est bien passé, le nouveau local est propre et rangé et nous attend dès que les autorités nous autoriseront à y séjourner. En attendant vous pouvez le visiter en appelant les membres du bureau ou les responsables des commissions intendance et VTT.

Quelques finitions restent à réaliser par les équipes de la ville, comme le terrassement du parking et l'accès piéton au local depuis le parking, car il ne sera pas possible d'accéder directement depuis la rue pour des raisons évidentes de sécurité.

Rappel : Les rassemblements au local avant départs, des mercredi, samedi et dimanche sont suspendus jusqu'à nouvel ordre. Vous avez la possibilité d'emprunter librement les parcours proposés sur le 44x18 et tous les circuits sont disponibles sur le site du CTH85 pour ceux qui veulent télécharger la trace GPS.

Les consignes de déconfinement édictées par le ministère des sports et la FFvélo, concernant la pratique du vélo doivent être respectées, à savoir groupe de 10 maxi, espacement entre cycliste qui se suivent de 10 mètres et 2 mètres en latéral pour se doubler.

Restez prudents.

 

Bientôt le déconfinement.

A partir du 11 mai, nous devrions pouvoir enfourcher nos montures pour nous dégourdir les jambes dans un rayon de 100 kms autour de chez nous. Mais où s'arrêter pour ne pas être en infraction.

Le CTH vous aide en vous proposant ce petit utilitaire https://www.unkm.fr/

Vous agrandissez la carte, vous cliquez à l'endroit où vous habitez et automatiquement un cercle d'1 km de rayon apparaît sur la carte.

En dé-zoomant vous verrez apparaître le rayon de 100 km.

L'exemple ci-dessous montre le périmètre autorisé autour du local rue de la Guerche. Il est possible d'aller à La Rochelle !

Bonne balade.

Restez prudents

La France est actuellement confinée pour faire face à l’épidémie de coronavirus et à ce jour, ni la date, ni les conditions de sortie du confinement ne sont connues. 

Face aux incertitudes de cette pandémie, la prudence nous conduit à annuler notre manifestation "La Rando au Pays des Alouettes", du 8 mai prochain. 

Nous vous donnons rendez vous le 8 mai 2021 pour une nouvelle édition et espérons pouvoir compter sur votre présence pour vous réserver un accueil de qualité .

 

Un chien se lie d’affection(trop) pour un cyclo. 

Pour une fois depuis longtemps, en cet après midi de février, le lendemain du mercredi des cendres et la veille du vendredi ( temps de chien ), le vent vient du sud.

Donc, comme tout cyclo voulant effectuer une bonne centaine de bornes dans l’après midi, et habitant dans le canton des herbiers (85) il se doit de se diriger vers Luçon... pour avoir le vent porteur au retour... c’est bien connu !

Dès 13H 30, notre cyclotouriste part avec plaisir, à la conquête d’une unième rando d’après midi, pour son plaisir, et pour son entraînement personnel.

Rapidement, il arrive à la petite route rejoignant le gros bois à Mouchamps (où Mr le  tigre repose ) Au loin il aperçoit des voitures et un groupe de personnes. ''Tient, une chasse à courre'' se dit-il … Ah et bien non, c’est un groupe de bûcherons traversant la route, pour accéder à leur tâche et il me semble avec un chien.

La forêt est vite traversée, avec le village d’Hucheloup sur la gauche, et tout va bien …

Le vent est de face et notre cyclo avance tranquillement, quand tout à coup... un chien noir arrive de part sa droite, arrivant d’où ? et de nulle part, sur la banquette et gentiment, court allègrement au même rythme que notre cyclo.

Oh ! ce n’est pas la première fois qu’un chien déboule d’une cour de ferme et course le vélo en montrant les crocs et en aboyant copieusement et  rageusement… Alors, selon l’expression véridique ''les cheveux droit debout sur la tête'', le sportif amateur se met en danseuse et appuie sur les pédales en gueulant de toutes ses forces, en espérant que le propriétaire du féroce rappelle sa bête qui devrait être attachée; et heureusement, la bête retourne au gardiennage dans sa cour, en abandonnant à ses yeux… l’intrus, qui pourtant, est à sa place, lui...

En l’occurrence, notre brave toutou est un berger allemand beauceron, ni vieux, ni jeune, cinq ans peut-être avec une santé hors du commun.

Notre cyclo se dit : ''mon petit, tu peux toujours courir, tu ne vas pas tenir longtemps, dans les petites bosses, tu me doubles ? ok, mais en arrivant en haut du Gué Jourdain, tu vas voir dans le faux plat descendant et en avoisinant les 35/40… '' ben oui c’est tout, le cyclo, lui, n’a pas vingt ans… et le vent dans la tronche de surcroît, mais le cyclotouriste lui a mis quelques centaines de mètres (vu du rétro)  mais Ah ! Que nenni, c’est loin d’être suffisant compte tenu de la petite côte avant d’arriver à Mouchamps.

Notre "ouaf ouaf" à même le temps de renifler ici et là dans les villages en bord de route; et de dire bonjour à ses copines, qui elles, ont la malchance d’être attachées.

Nous rentrons dans Mouchamps et l’affaire flaire le danger. Le propriétaire du biclou ne sais plus quoi faire, car toutou coupe devant, à droite, à gauche, le vélo accélère et il coure plus vite que lui, mais bon prince, il attend la monture multicolore et repart de plus belle quand il voit les roues tournoyer à ses cotés.

Le problème c’est qu’il commence à courir et à s’énerver envers tout se qui se trouve sur sa route et surtout auprès des voitures qui le double … il se met en travers, les poursuit avec rage à très grande allure, et revient à coté du cycliste .

Ca y est, il a compris le langage chien, il le protège, qui plus-est, le surprotège et n’accepte surtout pas que l’on double son protégé. Il n’y a que lui qui a le droit, et quand il veut …

Bon, le cyclo continue vers sainte Cécile, il ne va pas tenir, c’est sûr... Il y a  bien des bosses, mais toutou attend. Alors dans les descentes : ''Tu vas voir mon ami, je suis entraîné moi et je pars pour 120 bornes, alors, ce n’est pas un joli chien noir qui va me suivre tout l’après midi et pourrir ainsi ma randonnée de ce joli jeudi après midi'' et le plus important, risquer un accident.

Seulement voilà, Gravereau est en ligne de mire avec la Départementale 137 à traverser. Donc dans la descente, je ne me prive pas de mettre plein gaz et de surcroît, la voiture qui venait de me doubler auparavant, s’arrête au stop et repart. La route étant libre, je traverse donc dans son sillage, à fond, en lorgnant rapidement à droite et à gauche, puis dans mon rétro, je ne vois plus ma bébête, normal quand même ! ''ah ! tu l’as dans l’os mon cher cabot, la comédie a assez durée. Retourne donc voir tes maîtres, tu as largement le temps avant ce soir !''

Quelques petites bosses, sans baisser la garde, on ne sait jamais et c'est l’arrivée dans Sainte Cécile, dans la pente descendante vers la rivière le Lay.

Notre cyclo reprend ses rêves, ben oui ce doit être comme dans les courses, si l’on veut poursuivre celui qui est en tête, on se met à plusieurs, en prenant des relais et au bout de quelques kilomètres, le fugitif est rattrapé, doublé et lâché… Mais lui, mon chien noir, il est seul, il est cuit, éreinté, pourvu qu’il retrouve sa route...

Le rêve prend fin quand surgit sur ma droite ... devinez qui ? … mon ami à quatre pattes, essoufflé certes. En tirant la langue en guise de clignotant, il dépasse à grandes foulées le cyclo, qui avoue avoir trouvé son maître... C’est un comble !

Nous avons parcouru ensemble 12 kms.

Je ne vais pas plus loin, c’est inutile et très dangereux, car il s’attaque à tout ce qui bouge, mais pas aux gens, seulement aux voitures, car il n’y a personne dans le bourg. Mais quoi faire ? Ah ! si la mairie est en face, mince, c’est fermé ! Le service technique sur la route de st Vincent ? pas de chance non plus, il n’y a personne. 

D'habitude, j’ai peur des chiens et souvent pourtant, ils viennent à moi ! C’est bizarre !

Je le caresse et j’accède à son collier, mais sans N° de téléphone. La bête se couche sur le dos pour la caresse … Et dire que je suis à la recherche d’un chien qui serait mon compagnon de chaque jour. Mais tu es trop imposant mon brave.

Je m’arrête sur la place essayant de trouver quand même le N° de téléphone de la mairie. Mais en vain, ma recherche n’aboutie pas. Quand soudain, un autre cyclo arrive de St Vincent et passe devant nous. Je me dis : '' tient ça va être à son  tour de se faire courser ? '' Et bien non, la bête reste à mes cotés. Il m’est très fidèle, de trop !

Me voilà à proximité des toilettes, pour une fois ouverte, car le dimanche  lorsque nous voulons faire notre pause, elles sont toujours fermées, comme beaucoup d’autres d’ailleurs, pour éviter les dégâts... Tient une idée : '' Et si je l’enfermait ? et partais ! … Non  imbécile et si un gamin ou adulte arrivait, il se ferait mordre c’est sûr.''

Entre temps, il attaque ici et là, toujours les voitures et bien sûr, c’est moi qui trinque et j’entend les gens dire : ''Ben il est gonflé, il pourrait laisser son cabot à la maison !''

Puis je vois en face un couple et j’explique mon cas et que voulez qu’il y fasse ! Si, ces gens me disent : ''Allez donc au camping , c’est géré par une personne de la mairie.'' Et nous voilà dans la petite rue qui conduit au complexe sportif et bien sur avec mon compagnon qui rend visite sur la droite à deux de ses congénères. Ah je ne vous dit pas, ils égayent la rue de leurs voix. Et bien sûr, il n’y a personne au camping.

Bon, je prends la décision de rouler en direction de St Hilaire le Vouhis. Je fais le 17 et j’explique mon cas. Le préposé est gentil. Moi aussi. Mais j’ai la même réponse comme tout le monde : ''Je ne peux pas vous aider''  Mais j’insiste : '' Ca devient dangereux pour la circulation!''

''Allez donc à la mairie'' dit le brigadier.

''Mais c’est fermé, tout est fermé et je n’arrive pas à avoir le N° de téléphone.''

''Bon, je vous met en relation avec la mairie. Il y a sûrement du monde.''

''Ok, merci.''

Et le secrétaire de mairie m’ouvrit la porte et me dit : ''Nous avons un chenil d’attente à 200 mètres, mais comment on va faire pour l’attraper ?'' De ce coté là, pas de soucis, il va me suivre.

Pendant que le secrétaire essayait en vain d’ouvrir le cadenas, toutou lapait goulûment l’eau d’un nid de poule à proximité de sa future demeure.

Allez sésame, s’il te plait, ouvre toi, la pendule tourne et crac, yesss, c’est bon. Je pousse le battant et je fais semblant d’entrer, mais comme il est toujours devant moi, il me devance et sans problème, nous refermons la porte. Il va tout de suite renifler dans le fond de sa cage, les autres collègues qui sont passés, puis me regarde …

Je remercie la personne pour sa collaboration, remets mes effets casque et gants et me voilà repartit, quand j’entend par l’ arrière, mon toutou qui pleure… à la mort... comme un chien qui ne reverra plus son maître...

J’espère qu’il a retrouvé son patron, s’il est tatoué et que ce dernier n’a pas eu une trop grosse amende. Le propriétaire à déjà eu de la chance, car pas d’accident, mais la prochaine fois, ''ATTACHEZ  LE...''

La pendule a bien avancée, une bonne heure de perdue, mais ce n’est pas grave.

Au bout de 120 kms, le cyclo arrive à bon port, avec ses lumières et baudrier réfléchissant et raconte l’histoire à sa femme et elle de répondre spontanément : ''Et bien, tu en cherches bien un, un chien... il fallait le garder, il est peut-être malheureux maintenant...''

C’était une histoire banale de Joël, un  cyclo herbretais de Ménard la Barotière, heureux.

Comme un certain nombre de pratiquant, vous vous posez la question de l'utilisation de votre bicyclette au quotidien.

Les autorités précisent que les déplacements à bicyclette sont autorisés comme moyen de locomotion. Il faut cependant être muni de l'attestation de déplacement dérogatoire dûment remplie.

Il est donc possible par exemple de vous rendre à bicyclette, à votre travail ou chez votre commerçant pour y faire vos courses.

Protégez vous.